• osteopathebousson

Les dérives de l'ostéopathie.

Updated: Feb 6, 2020

Aujourd'hui je voudrais vous parler d'un sujet qui me tient particulièrement à coeur, les dérives de l'ostéopathie.

Avant de me lancer dans le vif du sujet, j'aimerais juste (ré)expliquer le parcours à suivre en Belgique afin de devenir ostéopathe et en quoi consiste un traitement ostéopathique.


  • Comment devient-on ostéopathe?


En Belgique, il existe deux cursus différents qui permettent d'obtenir un Diplôme d'Ostéopathe, le D.O.


1) La première filière est celle que j'ai personnellement suivie. Après l'obtention d'un Master en kinésithérapie, vous avez accès à la formation d'ostéopathe en école privée. Cette dernière se déroule sur 5 années. Pour valider son D.O., il faut avoir réussi les 5 années, un mémoire et avoir passé un jury composé de médecins et d'ostéopathes.


2) La deuxième filière est d'apparition plus récente. Il est possible d'obtenir l'équivalent du D.O. en suivant un Master Universitaire à l'ULB - seule université francophone à proposer cette option - étalé sur 6 années d'étude.


Le D.O. et le Master en Ostéopathie représentent les seules reconnaissances légales à ce jour qui permettent l'exercice de l'ostéopathie en Belgique. Ils donnent accès aux patients à un remboursement mutuelle de 10€ par séance et aux praticiens à des assurances spécifiques pour les manipulations ostéopathiques.


  • Sur quoi repose le traitement ostéopathique?


L'ostéopathe travaille de manière hollistique. Cela signifie qu'il traite son patient sur plusieurs systèmes du corps humain et non uniquement sur sa plainte.

Ces systèmes sont:

- Structurel (articulations, système nerveux, sanguin, ...) 

- Viscéral (ex: l'intestin, la vessie, les poumons, ...)

- Système crânio-sacré qui comme son nom l'indique fait le lien entre le crâne et le sacrum.


Un ostéopathe doit travailler sur les trois systèmes et ne peut pas fournir un travail complet s'il se "spécialise" dans un de ces domaines. Ne faire que du structurel reviendrait à faire de la thérapie manuelle ou de la chiropraxie*, ne travailler que sur du viscéral et du crânio-sacré est une aberration en soi car les deux systèmes sont intimement liés au premier.


  • Comment se déroule le traitement ostéopathique?


Votre ostéopathe débute la séance en faisant votre bilan oral appelé anamnèse. Il vous posera diverses questions concernant vos antécédents médicaux, votre médication éventuelle, vos anciens accidents/traumatismes, votre hygiène de vie (sport, tabac, alcool, ...).

Il fera ensuite un bilan physique sur base de divers tests qui permettront de mettre à jour les dysfonctions responsables de vos maux. Durant ce bilan, il exécutera également des tests de sécurité afin de déterminer s'il peut vous traiter ou s'il a besoin d'examens complémentaires ou d'un avis médical plus poussé.

Si tous vos tests de sécurité sont validés, il peut commencer son traitement qui consiste en diverses manipulations appelés "trusts" (les fameux cracs), mobilisations, travail viscéral et travail cânio-sacré si cela s'avère nécessaire. En fin de séance, l'ostéopathe teste à nouveau les différentes dysfonctions trouvées lors du bilan et fixe éventuellement une deuxième séance.


  • Les dérives rencontrées:

Elles sont multiples malheureusement!


1) Le temps de consultation:

L'ostéopathie ne bénéficiant pas d'un cadre légal à ce niveau la, c'est au praticien de déterminer combien de temps il gardera son patient lors de la séance. Au regard de ce que j'ai décris plus haut, il est difficilement concevable que le praticien puisse en 10 minutes faire son anamnèse, son bilan, travailler sur le système structurel, le viscéral et le crânio-sacré.

Même s'il n'est pas toujours nécessaire de traiter les trois systèmes, il faut au moins venir les tester afin de s'assurer qu'il n'y ait rien pouvant être à l'origine des plaintes du patient. Dans l'idéal, votre séance devrait durer au minimum 30 minutes. C'est le temps qu'un praticien chevronné prend pour faire toutes les étapes nécessaires au bon traitement du patient.


2) L'absence de diplôme:

J'entends et j'observe encore bien trop souvent des praticiens prétendre être ostéopathes alors qu'ils n'ont jamais terminé le cursus leur permettant l'obtention du D.O.

Comment le savoir me direz-vous? Exigez le papier de remboursement mutuel officiel des ostéopathes - voir photo - et non un papier d'attestation de kinésithérapie. Il existe également un registre des ostéopathes D.O. mais tous n'y sont pas inscrit.





3) Les traitements farfelus ou ésotériques:

Si l'ostéopathe ne vous touche pas, travaille à distance du corps ou encore ne se concentre que sur votre tête en vous expliquant qu'il va remettre vos vertèbres lombaires grâce à cela: fuyez!

L'ostéopathie fait partie des thérapies dites manuelles. Cela signifie qu'on soigne avec nos mains, au contact du patient.

Méfiez-vous également des dénominations grandiloquentes telles que: "ostéopathie moléculaire", "micro-ostéopathie", "ostéopathie émotionnelle", ... Je ne prétends pas que ce genre de traitements n'ont pas d'effets sur les maux des patients (à vous de vous faire votre propre idée), mais en aucun cas il ne s'agit d'ostéopathie. Et bien souvent ce genre de pratique discrédite notre métier...


4) Un nombre de séances à rallonge:

Lorsqu'un ostéopathe prend en charge un patient, il a pour objectif d'être le plus efficace possible et de soigner ce dernier en peu de temps. Bien souvent une seule séance suffira. Dans certains cas une deuxième et éventuellement une troisième séance pourront être nécessaires. Entre deux traitements, devrait s'écouler un laps de temps de minimum 7-10 jours. C'est le temps nécessaire au corps de récupérer et de s'adapter aux modifications apportées par les manipulations du thérapeute.

Il est vrai que certains patients sont considérés comme chroniques et viennent plusieurs fois sur l'année. Je pense aux personnes souffrant de migraine notamment. Mais ces cas sont rares et ne représentent qu'une petite partie de notre patientèle.

Pour ma part, il n'est pas rare que je redirige le patient vers d'autres thérapeutes ou médecins, une fois mon travail terminé. (Par exemple pour muscler son dos avec un kinésithérapeute, discuter d'allergies alimentaires éventuelles avec son médecin traitant, faire sa rééducation post-partum chez une kinésithérapeute spécialisée, ...)



  • Quelques conseils afin de choisir son thérapeute:

Je terminerais cet article en vous conseillant de bien choisir votre ostéopathe afin d'être pris en charge le mieux possible et le plus efficacement possible.

Vérifier que ce dernier soit bien ostéopathe D.O., demandez son temps de séance ainsi que ses tarifs et s'il est possible d'avoir l'attestation de remboursement de soins donnés.


* Loin de moi l'idée de critiquer ces professions qui ont leurs intérêts et n'ont plus leurs preuves à faire. Il fallait juste bien réexpliquer que ni l'un ni l'autre ne peuvent être considérés comme des traitements ostéopathiques.

88 views0 comments